Trophée Recyclatta : 1ère régate de bateaux en bouteilles!

Louis Palmer, journaliste de voyage et aventurier suisse, a réussi son tour du monde en véhicule fonctionnant à l’énergie solaire. Le Solar Taxi est un véhicule à trois roues avec une remorque sur laquelle sont disposés des panneaux solaires. Aucun CO2 n’a pas été émis de tout le trajet, en effet, l’engin est complètement autonome. Mr Palmer a pu parcourir 53000km et environ 9/10ème de la planète. il a voulu montrer qu’il était possible de se déplacer en utilisant uniquement des énergies renouvelables, notamment lors de sa traversée de l’Amérique du Sud en ULM. « It’s time to show the solutions » pourrait être le mantra de son film réalisé à la suite de cette expérience

Traversée folle de la planète avec le Solar Taxi Source : http://www.caradisiac.com/Tour-du-monde-ecolo-des-nouvelles-du-Solartaxi-4551.htm

Traversée folle de la planète avec le Solar Taxi
Source : http://www.caradisiac.com/Tour-du-monde-ecolo-des-nouvelles-du-Solartaxi-4551.htm

 

C’est donc lui qui est à l’origine du Trophée Recyclatta, unique en son genre pour le moment, qui a eu lieu en 2013. Tout individu ou organisation avait l’autorisation de concourir à condition de respecter le matériau du bateau : les bouteilles PET. 40 équipages de 2 à 10 personnes se sont mesurés lors de la Zürich Fäscht. Le jury devait noter les participants en fonction de la vitesse, l’esthétique et de l’endurance.

 

Un drakkar s'est inséré dans la compétition! Source : http://www.recyclatta.ch/

Un drakkar s’est inséré dans la compétition!
Source : http://www.recyclatta.ch/

 

La créativité dans tous ses états! Source : http://www.recyclatta.ch/

La créativité dans tous ses états!
Source : http://www.recyclatta.ch/

D’autres initiatives ont vu le jour par la suite, tel Rafiot Cyclé.

Des déguisements des plus originaux. Source : http://www.rafiotcycle.com/#!-/c10wv

Des déguisements des plus originaux.
Source : http://www.rafiotcycle.com/#!-/c10wv

D’ici peu, vous pourrez voir le Masked Hallebeud à la une des journaux après une régate!

FacebookTwitterGoogle+WordPress

Le champignon qui nous sauvera tous!

C’est une REVOLUTION que nous sommes en train de vivre! Des étudiant américains de l’Université de Yale ont découvert en Amazonie un champignon plutôt sympathique! En effet, celui ci dégrade le polyuréthane, une des composantes principales du plastique des bouteilles d’eau. De plus, ce polymère est très utilisé dans les peintures, les adhésifs et les mousses de plastique.

Le champignon en action! Source : http://crefrance.ning.com/profiles/blogs/pestalotiopsis-microspora-contre-polyur-thane

Le champignon en action!
Source : http://crefrance.ning.com/profiles/blogs/pestalotiopsis-microspora-contre-polyur-thane

 

Un déchet biodégradable est un matériau qui peut disparaître complètement suite à l’action de microorganismes tels des champignons ou des bactéries. Ainsi, le développement des matières plastique synthétiques et leur surexploitation ont entraîné l’amoncellement massif de déchets non-biodégradables à durée de vie très longue dans les milieux marins, dans les décharges et constituent des nuisances visuelles dans certaines parties du monde. Petit rappel : le plastique met 50 à 200 ans pour se décomposer, ce qui représente une des problématiques de notre siècle!

Un des exemples de ce qui nous entoure

Un des exemples de ce qui nous entoure.
Source : http://www.ecofriend.com/fungus-amazon-eat-toxic-plastic-problem-ease.html

 

Toutefois, certains champignons sont déjà utilisés pour décomposer le plastique mais ont besoin d’un coup de pouce humain comme dans les processus de compostage. Il s’agit d’un procédé biologique qui permet, sous l’action de bactéries aérobies, à savoir en présence d’oxygène, la dégradation accélérée de déchets organiques pour produire du compost.

Une petite fiche pour mieux comprendre le fonctionnement du compost. Source : http://www.charreysursaone.fr/tout-sur-le-compostage---faire-son-compost

Une petite fiche pour mieux comprendre le fonctionnement du compost.
Source : http://www.charreysursaone.fr/tout-sur-le-compostage—faire-son-compost

 

Le Pestalotiopsis Microspora est quant à lui autonome, plus indépendant que ses congénères! Cet énergumène permettrait une meilleure oxygénation des sols et une dégradation plus rapide et plus efficace du plastique. Son plus est qu’il peut réaliser sa mission dans des milieux peu fournis en oxygène ce qui permettrait de l’implanter dans les stations d’épuration ou dans les décharges par exemple où les amas de plastiques sont recouverts d’une grosse couche de déchets autres et de terre, ce qui diminue considérablement l’oxygénation. Une enzyme secrète du champignon permettrait d’affaiblir les liens chimiques du polymère.

Voici le spécimen! Source : http://mymondo.org/tag/fungus/

Voici le spécimen!
Source : http://mymondo.org/tag/fungus/

 

Nous n’avons pas fini de faire l’éloge de ces végétaux hybrides :

– pleins de nutriments,

– riches en fibres,

– utilisés dans la médecine chinoise pour traiter pour certains les insomnies, calmer les nerfs et pour d’autres de réduire le cholestérol et l’asthme…

Tout comme Jack Herer, ‘l’empereur du chanvre’ qui énonçait  que le chanvre permettrait de « fournir la totalité des papiers et textiles de la planète, de répondre à tous nos besoins en matière de transports, d’industrie et d’énergie (…) tout en réduisant la pollution », faudrait-il accorder plus d’importance aux champignons?

C’est une avancée certaine pour la recherche ayant pour but la dégradation et la composition des plastiques et de certains polymères.

FacebookTwitterGoogle+WordPress

Non à la « plastisphère »!

Un petit point en rapport avec le recyclage et la récupération des bouteilles plastique. Notre matériau de base : le plastique, alors bien que nous ne soyons pas de ‘purs’ écolos, nous avons intégré certains réflexes dans notre mode de vie : recyclage des déchets, attention à l’eau que nous utilisons…et nous sommes conscients qu’il faut faire attention à notre empreinte écologique sur bien des aspects. Bien évidemment, nous mettons le plastique de côté pour ne pas le mélanger avec les autres déchets. De plus, le fait de récupérer des bouteilles plastique dans la construction de la barque nous permet de montrer qu’il est tout à fait possible de récupérer des déchets non biodégradables pour les réutiliser à des fins utiles. Mais pourquoi faire attention au plastique ?

  • Une bouteille en plastique met plusieurs siècles à se dégrader et ce temps est encore plus long lorsque celle-ci n’est pas à la lumière ! Fabriquées avec du pétrole, du gaz naturel, pour rappel ressources non renouvelables, et du polyéthylène téréphtalate ou pour les intimes : le PET. Le problème = majorité des bouteilles non recyclée et les cadavres laissés pour compte à de nombreux endroits, notamment dans de étendues d’eau telles que les affluents de fleuves, les océans…
  • Pour vous donner une petite idée de ce que peut représenter toute la surface d’une bouteille plastique réutilisée, 1 tonne de plastique recyclé permet d’économiser environ une tonne de pétrole (ce qui nous vous le rappelons est plutôt non négligeable).
  • Paradoxe pour les pays riches qui ont un bon accès à l’eau du robinet mais qui représentent 85% de la consommation d’eau embouteillée mondiale.
  • Quelques données concrètes : 1 bouteille recyclée = 7 cartes à puce et 70 bouteilles recyclées = une couette deux personnes !
  • Pour resituer à une échelle plus macro le non-recyclage du plastique, d’après une étude Environmental Science and Technology, le plastique est un des déchets marins en plus grande proportion (environ 75%). Le plastique deviendrait-il un nouvel habitat pour les microbes et les bactéries sur la surface océane ? Etant donné la longueur de la période de dégradation de ces entités, un nouvel écosystème appelé la ‘plastisphère’ ou ‘continent plastique’ se développe. Un néologisme qui fait suite à de nombreuses réflexions et études de scientifiques.
  • Pour vous donner une idée concrète de notre rapport aux bouteilles plastique, voici quelques informations et quelques chiffres. La France est un des plus gros producteurs mondiaux de bouteilles d’eau , un des plus gros exportateurs et les citoyens  français boivent plus de 150L d’eau par an, ce qui équivaut à une moyenne de 10 milliards de bouteilles par an, ce qui n’est même pas comparable avec la consommation américaine cependant.
  • Il existe de nombreuses polémiques autour des grandes multinationales d’eau en bouteilles (sur lesquelles nous reviendrons à plusieurs reprises). Le cas Cristalline (du groupe Neptune) qui émet des pressions par rapport à l’eau du robinet qui comporterait des substances nocives alors qu’il s’agit de l’un des ‘produits’ les plus surveillés par les agences sanitaires, est un exemple frappant. Sans rentrer dans le débat, cela nous offre une ouverture de réflexion quant à la commercialisation de l’eau en bouteilles, des conséquences sur notre environnement et de la présence du plastique ainsi que de notre consommation de bouteilles plastique quotidienne.

Par la présente, nous espérons vous intéresser au recyclage du plastique (par le biais des bouteilles), à la revalorisation des déchets ‘communs’. Il est possible de donner une deuxième vie aux objets nous paraissant sans vie!

FacebookTwitterGoogle+WordPress