News sur l’avancement du bateau

Petite illustration d'une partie des bouteilles plastique empilées dans ma chambre!

Petite illustration d’une partie des bouteilles plastique empilées dans ma chambre!

Bonjour à toutes et à tous,

Il est temps de faire un point sur l’avancement de notre cher bateau en bouteilles plastique!

Après avoir collectionné pendant de longs mois les bouteilles plastiques (voir le tableau récapitulatif), nous avons réfléchi à ce qu’il nous manquait pour construire ce bateau et nous avons constaté que des plans nous manquaient, ainsi que des matériaux adaptés à l’assemblage du bateau et d’autres données comme le calcul de la poussée d’Archimède.

L’optimisme nous permet de ne pas nous décourager face à la complexité non prévue de cette aventure!

Voici quelques points permettant de comprendre notre avancée depuis quelques mois:

  • Les différents matériaux achetés

N’étant pas encore sûrs des étapes de la construction du bateau, nous avons décidé d’acheter certains matériaux afin de les tester. Nous avons acheté pour le moment une colle imperméable (type mastic), du gros scotch imperméable, de la corde et du fil de fer.

 

Matériaux achetés pour tester différentes manières de fixer le bateau

Matériaux achetés pour tester différentes manières de fixer le bateau

A ce jour, nous avons seulement testé le scotch et la colle. Les deux s’avèrent être assez efficaces. Nous reviendrons sur les matériaux plus tard, lorsque nous commencerons la construction.

La ficelle et la corde vont, à priori, être exploitées afin de relier les différentes bouteilles entre elles et ainsi  de les maintenir comme un radeau pour la base ou le plancher. C’est à voir…

  • Pourquoi ces matériaux?

Pour l’instant, nous sommes dans une phase exploratoire, à tester différents matériaux. Il se peut que la combinaison de ceux-ci soit performante pour solidifier certaines parties de notre bateau en bouteilles plastique. Ces différents matériaux n’ont pas les mêmes effets, collent plus ou moins bien les bouteilles plastique entre elles et ne permettent pas tous de créer des courbes indispensables à la forme de notre bateau (qui aura l’avant d’un bateau Viking)

  • La poussée d’Archimède, qu’est ce que c’est?

La poussée d’Archimède, c’est ce qui nous permettra de savoir si notre bateau flottera ou non. On peut grâce à elle, mesurer la flottabilité de notre embarcation. Nous venons de la calculer grossièrement pour notre bateau et elle devrait donc flotter!! Bonne nouvelle! Vous pouvez consulter notre article sur la poussée d’Archimède pour plus de détails.

  • Les plans et les débuts de construction
Et ouais mon gars! Fais gaffe!

Et ouais mon gars! Fais gaffe!

Les mesures de la longueur/largeur de notre supertanker en plastique

Les mesures de la longueur/largeur de notre supertanker en plastique

 

 

 

Pour les plans, on avance à petit pas toujours. Nous vous les communiquerons quand ils seront complètement finis. On ne veut pas vous montrer des plans qui ne ressemble à rien et que vous ne comprendriez pas forcément :). Du coup, on a commencé à calculer la longueur, la largeur et la hauteur du bateau. Nous allons nous concentrer sur le nez (l’avant) plus tard, après avoir conçu la partie rectangulaire (celle ou nous serons assis), car plus  complexe à créer et à fabriquer de par sa forme différant des autres parties.

Pour le moment, nous pensons encastrer les bouteilles les unes dans les autres de telle sorte que nous aurons de longs boudins en longueur.

Nous avons essayé sur 3 bouteilles et ça a l’air de fonctionner, il nous faut maintenant l’essayer sur une longueur entière et tenter de mettre le boudin dans l’eau pour vérifier son imperméabilité.

  • Et bien sur, la création de notre magnifique compte Twitter (vous pouvez le voir également sur votre droite)

Notre objectif final est toujours de mettre à l’eau le Masked Hallebeud en Janvier!

Mesure de la largeur et exemple de boudin sur la gauche!

Mesure de la largeur et exemple de boudin sur la gauche!

Nouveau concept : l’économie circulaire

Source : site internet de l'Institut de l'Economie Circulaire

Source : site internet de l’Institut de l’Economie Circulaire

« RIEN NE SE PERD, RIEN NE SE CREE, TOUT SE TRANFORME » maxime selon Lavoisier, le père de la chimie moderne en 1789

Le plastique et son recyclage sont au centre des débats actuels! La conférence environnementale, les 20 et 21 Septembre derniers, a eu pour thématique importante l’économie circulaire. Ce concept, qui était dénommé économie bleue dans les 70’s, est simple à comprendre, il s’agit de mettre l’accent sur le recyclage, la ‘valorisation’ et le retraitement des déchets, des déchets plastique et donc des bouteilles plastique. Le mot circulaire n’est pas choisi au hasard, l’objectif de cette notion est de sortir du modèle que l’on pourrait appeler ‘linéaire’ de la production qui amène à la consommation pour finalement jeter les objets en question. Cela est lié directement à nos modes de production et de consommation. Par le biais de cet article, nous allons tenter de vous montrer de la manière la plus exhaustive possible qu’il peut être judicieux de repenser ce modèle qui induit l’obsolescence programmée de ce que nous achetons. Plus globalement, cette problématique est liée au modèle de développement des pays fortement industrialisés qui souhaitent produire toujours plus pour développer plus (pour résumer très brièvement).

Pour pouvoir mieux comprendre le recyclage et la réutilisation des déchets, nous allons prendre l’exemple du verre. En 2011, selon le site Verre Avenir, 70.7% du verre est recyclé en France et 100% du verre collecté par apport volontaire de nos concitoyens est recyclé dans notre pays. Ainsi, nous pourrions dire que « le verre naît du verre »! Nous pourrions nous demander dans quelle mesure cela se fait? Y-a-t-il eu une communication plus poussée sur cette matière comparé au plastique ou alors y-a-t-il des enjeux plus complexes face au plastique ? Il n’est pas sans rappeler, comme nous avons tenté de vous le montrer précédemment, que des tonnes de plastique sous forme de micro-particules (de très petite taille) ou de continents de plastique polluent nos étendues d’eau. Il s’agit là d’une question qui n’a pas une seule solution ou une seule explication.

En effet, le plastique qui est un des produits et une des inventions du XIXè siècle n’a pas d’alternative réelle. De nombreuses initiatives sont prises pour tenter de le recycler au mieux mais pas de remplacement définitif de ce composant qui a de nombreux effets négatifs. Pour vous donner quelques exemples concrets :

Canibal, qui fabrique des conteneurs nouvelle génération qui permettront de recycler les emballages de boissons que nous consommons en dehors de chez nous tels que les gobelets en plastique de café ou encore les canettes en aluminium et en acier. Ils encouragent de ce fait le geste éco-citoyen qui permet de repenser notre consommation,

-La marque de vêtements de plein air Patagonia, qui a une réelle politique environnementale concernant leurs produits textiles, notamment en utilisant du polyester recyclé issu d’autres sources que des bouteilles plastiques ou encore en réduisant au maximum l’impact environnemental de leur entreprise…

Le recyclage du plastique est compliqué, deux processus sont utilisés pour traiter les emballages plastiques. Reste le problème de l’incinération des plastiques, qui sont issus d’hydrocarbures fossiles, qui émet du CO2 et des fumées polluantes qui doivent être à leur tour traités.

Face à ces problématiques, l’Institut de l’Economie Circulaire a été fondé en février 2013 pour tenter de traiter au mieux tous les aspects du recyclage des déchets et plus particulièrement des déchets plastique. Le principal message de ce lobby (incluant autant Veolia que la Fondation Nicolas Hulot) des déchets est : « l’économie circulaire, c’est l’avenir ». Ils prônent un modèle de progrès, de croissance, de respect de l’environnement… Les déchets deviennent donc la matière première et il n’y aurait donc plus besoin de fabriquer les produits mais de les recycler.

Sans prendre position, nous vous invitons à vous renseigner plus en profondeur sur ces sujets qui vont être de plus en plus prégnants dans notre quotidien. Par le biais du Masked Hallebeud, nous allons tenter de mettre en pratique un nouveau modèle de développement!

Point bouteille : MERCI A TOUS!

Merci à tous pour votre contribution!!

Merci à tous pour votre contribution!!

 

Depuis le début de cette aventure, nous n’avons cessé de parler à notre entourage proche, ou un peu moins, de notre récolte de bouteilles ainsi que de notre projet. Cela afin de récupérer le nombre de bouteilles nécessaire à la construction du bateau en bouteilles plastique (selon nos estimations) mais également pour avoir des avis et des idées sur ce projet.

En effet, de nombreux comportements ont été observés et c’est avec joie que nous avons pu voir que cela ne laissait personne indifférent. Il y a ceux qui ont tout de suite accroché au Masked Hallebeud, ceux qui ont trouvé le nom de notre barque original et qui ne pouvaient s’empêcher d’esquisser un sourire, ceux qui ont pu nous donner des conseils concernant les matériaux autres que les bouteilles en plastique… Dans tous les cas, tout le monde a été réceptif et nous avons eu des retours quasiment à 100% positif! Notre ambition première était d’avoir un pactole de 400, 500 bouteilles maximum et nous avons récupéré en tout et pour tout, environ 700 bouteilles plastique = notre objectif est donc largement rempli!

Nous ferons un tableau récapitulatif à priori définitif des bouteilles récoltées.

Il est temps de remercier toutes les personnes qui ont pris le temps et la peine de conserver leurs bouteilles plastiques.  Ils participent tous à une forme de recyclage de ces bouteilles en les transformant en… un bateau en bouteilles plastique.  G E N I A L  non?! Merci également à ceux qui ont voulu en connaître davantage et qui nous soutiennent de diverses manières, parfois en nous donnant des idées ou en nous posant la sublime question de la provenance du Masked Hallebeud.

Un grand merci à:

_ Babou,

_ Hugues,

_ Céline Caladou, Anton et sa grand-mère,

_ Sylvain aka le Baobab,

_ la famille (grands-parents, parents, frères…),

_ les voisins en face de chez Nicolas (…)

A travers ce projet, nous avons pu mettre à contribution l’entraide entre nous tous et c’est un des buts et une des envies de notre entreprise plastique! Sans tomber dans un sentimentalisme naïf, il nous paraît important de souligner cet aspect non négligeable!

Bon et bien maintenant, il n’y a plus qu’a!