Article de clôture

Voici venu l’article pour clôturer le projet, d’une part, parce que le Masked Hallebeud va enfin pouvoir naviguer de sa propre voile et d’autre part parce que nous nous sommes dit que c’était important de marquer le coup avec un dernier article.

A la suite d’un projet sur 2 ans, nous étions frais, prêts à en démordre avec la création du bateau que nous avions imaginé. Moultes rebondissements pendant cette épopée, des plans qui ont évolué dans le temps, des remises en question multiples.

En tout cas, nous avons beaucoup appris, sur la création d’un site internet et la mise en lien d’articles que nous avons, au mieux, tenté de poster le plus fréquemment possible. Des sujets divers et variés par goûts personnels mais aussi en rapport avec le bateau pour ceux que ça pouvait intéresser ! Nous avons été pris par diverses activités telles que :

Un élevage d'escargots plutôt actif! Source : The Green Bin

Un élevage d’escargots plutôt actif!
Source : The Green Bin

 

 

Une bataille acharnée de hallebardes

Une bataille acharnée de hallebardes

 

 

 

 

 

 

 

 

C’est ce qui explique en partie pour quelles raisons nous avons mis du temps dans l’entreprise de ce drakkar !

Tout ce que nous pouvons vous dire c’est qu’on s’est bien éclaté, que si c’était à refaire nous le referions, peut-être différemment ça c’est sûr OU PEUT-ÊTRE PAS finalement mais il est temps d’y mettre un terme et de naviguer vers de nouveaux horizons! Nous laissons le site toujours en accès pour tous ceux qui ont envie de créer un projet pareil ou n’importe quel projet tout en s’amusant et en ayant de la créativité !

Et enfin … Un grand merci à nos familles, nos amis, les personnes que nous côtoyons, qui à la fin n’y croyaient plus et on les comprend, qui nous ont donné plein d’idées, qui nous ont permis de bien en rire et qui étaient présents !

Ciao ciao et à très bientôt !!

Nous attendons l'inspiration pour d'autres aventures!

Nous attendons l’inspiration pour d’autres aventures!

FacebookTwitterGoogle+WordPress

4 – Les Côtés en bouteilles plastique

Les côtés fixés!

Les côtés fixés ! Nous y voyons plus clair!

Voilà la structure en bois, enfin terminée, qui va permettre d’accueillir le hamburger  et les côtés.

Pour faire les côtés de notre cher bateau en bouteilles plastique, rien de très compliqué…

En effet, il vous suffit de faire des boudins (pour revoir comment faire un boudin, nous vous proposons ce lien)!

Chaque côté du bateau recevra 7 boudins dont 3 seront composés de 7 bouteilles et 4 composés de 6 bouteilles.

Nous aurons donc en tout 14 boudins:

  • 6 boudins de 7 bouteilles plastique
  • 8 boudins de 6 bouteilles plastique

Pourquoi certains boudins sont-ils plus petits que d’autres?

Nous avons fabriqué des boudins de 7 bouteilles afin d’y attacher l’avant du bateau qui nécessitera notre ingéniosité ainsi que d’autres bouteilles.

Les boudins de 6 bouteilles sont destinés aux sommets des côtés et ne nécessitent pas d’être agrandis pour le moment.

Quelques images vous y feront voir plus clair :

fixation bouteilles plastique

Fixation des boudins en bouteilles plastique sur les côtés

Comment  fixer ces fameux boudins en bouteilles plastique?

Pour les fixer, c’est simple. Nous utilisons du fil de pêche que nous insérons au travers de la structure en bois et des bouteilles.

Pour chaque boudin, nous faisons 9 nœuds, ce qui correspond aux 9 planches formant la structure.

N’oubliez pas de serrer fort pour que les boudins en bouteilles plastique ne s’échappent pas par la suite. Ce qui compliquerait les aventures futures!

Nous n’avons pas fixé les 3 premières couches de boudins car celles-ci sont déjà coincées entre le hamburger et la structure en bois et sont donc immobiles!

De nombreux nœuds existent pour bien serrer deux fils entrent eux.

Vue extérieure des côtés (en rouge: le fil de pêche)

Vue extérieure des côtés
(le fil de pêche transparent a été mis en lumière en rouge!)

Pour exemple:

https://www.youtube.com/watch?v=O0nN3L8O-n8

Nous avons préféré ceux-ci :

Le type de noeud que nous avons utilisé. http://www.rouesartisanales.com/article-568185.html

Le type de nœud qui nous a beaucoup servi
http://www.rouesartisanales.com/article-568185.html

 

Bonne construction!

FacebookTwitterGoogle+WordPress

Reprise du travail: les dernières avancées du Masked Hallebeud

Après le départ 2 mois en vacances de Nicolas, les travaux de notre cher bateau en bouteilles plastique peuvent repartir. Nous nous étions arrêtés sur le Hamburger, partie centrale du bateau. Désormais, les prochaines étapes sont la création:

• Des bords du bateau

• De l’arrière

• De l’avant

•De la coque •  Sans oublier le Mât, la voile, les dérives et l’inoubliable  gouvernail

Pour ce faire, nous avons à nouveau créé de nombreux boudins en majeure partie faits de Vittel, Cristaline et quelques un de Contrex

boudins plastiques

En arrière-plan: le hamburger + tous les boudins qui vont venir se greffer à celui-ci. Tout ceci surveillé par la pin-up du futur navire

Les plans de ces différentes parties ainsi que les explications permettant leurs constructions seront bientôt disponibles.

A bientôt!

 

FacebookTwitterGoogle+WordPress

Dernière progression : le ‘Hamburger’!

Chers lecteurs,

Nous devons vous faire part de toute l’avancée du Masked Hallebeud car OUI nous avons changé sa constitution.

En effet, le plancher est constitué de trois couches auxquelles nous avons rajouté des planches en bois issues de la palissade donnée gracieusement par Virginie! Cette partie est appelée le ‘Hamburger’.

Une première couche (le ‘pain’) de 11 boudins, fixés à l’aide de fil de pêche, à laquelle nous avons apposé du scotch double-face pour fixer les planches.

Le steak composé de bouteilles Cristalline de 2L que nous avons attachées aux planches avec le même fil.

Enfin, la troisième couche que nous avons apposé et figé toujours de la même manière. Cette partie de la construction nous a donné du fil à retordre et nous a permis d’y réfléchir durant quelques jours.

Nous sommes actuellement en train de réfléchir et de construire une structure telle une coque englobant toute la structure du plancher qui intégrera l’avant, l’arrière ainsi que les bords droit et gauche auxquels seront fixés les dérives latérales à la sauce Hollandaise.

Une des dérives latérales d'un bateau hollandais!

Une des dérives latérales d’un bateau hollandais

Nous continuons donc les Boudins car cela nous paraît plus simple pour continuer la structure qui nous portera vers de nouveaux horizons nautiques!!

A l'assaut des boudins grâce à notre précieux allié!

A l’assaut des boudins grâce à notre précieux allié!

Un petit coup d’accélérateur et le Masked Hallebeud prendra bientôt vie! D’ici l’arrivée des beaux jours et des abeilles, vous pourrez observer notre bateau voguer sur les flots!

FacebookTwitterGoogle+WordPress

Trophée Recyclatta : 1ère régate de bateaux en bouteilles!

Louis Palmer, journaliste de voyage et aventurier suisse, a réussi son tour du monde en véhicule fonctionnant à l’énergie solaire. Le Solar Taxi est un véhicule à trois roues avec une remorque sur laquelle sont disposés des panneaux solaires. Aucun CO2 n’a pas été émis de tout le trajet, en effet, l’engin est complètement autonome. Mr Palmer a pu parcourir 53000km et environ 9/10ème de la planète. il a voulu montrer qu’il était possible de se déplacer en utilisant uniquement des énergies renouvelables, notamment lors de sa traversée de l’Amérique du Sud en ULM. « It’s time to show the solutions » pourrait être le mantra de son film réalisé à la suite de cette expérience

Traversée folle de la planète avec le Solar Taxi Source : http://www.caradisiac.com/Tour-du-monde-ecolo-des-nouvelles-du-Solartaxi-4551.htm

Traversée folle de la planète avec le Solar Taxi
Source : http://www.caradisiac.com/Tour-du-monde-ecolo-des-nouvelles-du-Solartaxi-4551.htm

 

C’est donc lui qui est à l’origine du Trophée Recyclatta, unique en son genre pour le moment, qui a eu lieu en 2013. Tout individu ou organisation avait l’autorisation de concourir à condition de respecter le matériau du bateau : les bouteilles PET. 40 équipages de 2 à 10 personnes se sont mesurés lors de la Zürich Fäscht. Le jury devait noter les participants en fonction de la vitesse, l’esthétique et de l’endurance.

 

Un drakkar s'est inséré dans la compétition! Source : http://www.recyclatta.ch/

Un drakkar s’est inséré dans la compétition!
Source : http://www.recyclatta.ch/

 

La créativité dans tous ses états! Source : http://www.recyclatta.ch/

La créativité dans tous ses états!
Source : http://www.recyclatta.ch/

D’autres initiatives ont vu le jour par la suite, tel Rafiot Cyclé.

Des déguisements des plus originaux. Source : http://www.rafiotcycle.com/#!-/c10wv

Des déguisements des plus originaux.
Source : http://www.rafiotcycle.com/#!-/c10wv

D’ici peu, vous pourrez voir le Masked Hallebeud à la une des journaux après une régate!

FacebookTwitterGoogle+WordPress

Le champignon qui nous sauvera tous!

C’est une REVOLUTION que nous sommes en train de vivre! Des étudiant américains de l’Université de Yale ont découvert en Amazonie un champignon plutôt sympathique! En effet, celui ci dégrade le polyuréthane, une des composantes principales du plastique des bouteilles d’eau. De plus, ce polymère est très utilisé dans les peintures, les adhésifs et les mousses de plastique.

Le champignon en action! Source : http://crefrance.ning.com/profiles/blogs/pestalotiopsis-microspora-contre-polyur-thane

Le champignon en action!
Source : http://crefrance.ning.com/profiles/blogs/pestalotiopsis-microspora-contre-polyur-thane

 

Un déchet biodégradable est un matériau qui peut disparaître complètement suite à l’action de microorganismes tels des champignons ou des bactéries. Ainsi, le développement des matières plastique synthétiques et leur surexploitation ont entraîné l’amoncellement massif de déchets non-biodégradables à durée de vie très longue dans les milieux marins, dans les décharges et constituent des nuisances visuelles dans certaines parties du monde. Petit rappel : le plastique met 50 à 200 ans pour se décomposer, ce qui représente une des problématiques de notre siècle!

Un des exemples de ce qui nous entoure

Un des exemples de ce qui nous entoure.
Source : http://www.ecofriend.com/fungus-amazon-eat-toxic-plastic-problem-ease.html

 

Toutefois, certains champignons sont déjà utilisés pour décomposer le plastique mais ont besoin d’un coup de pouce humain comme dans les processus de compostage. Il s’agit d’un procédé biologique qui permet, sous l’action de bactéries aérobies, à savoir en présence d’oxygène, la dégradation accélérée de déchets organiques pour produire du compost.

Une petite fiche pour mieux comprendre le fonctionnement du compost. Source : http://www.charreysursaone.fr/tout-sur-le-compostage---faire-son-compost

Une petite fiche pour mieux comprendre le fonctionnement du compost.
Source : http://www.charreysursaone.fr/tout-sur-le-compostage—faire-son-compost

 

Le Pestalotiopsis Microspora est quant à lui autonome, plus indépendant que ses congénères! Cet énergumène permettrait une meilleure oxygénation des sols et une dégradation plus rapide et plus efficace du plastique. Son plus est qu’il peut réaliser sa mission dans des milieux peu fournis en oxygène ce qui permettrait de l’implanter dans les stations d’épuration ou dans les décharges par exemple où les amas de plastiques sont recouverts d’une grosse couche de déchets autres et de terre, ce qui diminue considérablement l’oxygénation. Une enzyme secrète du champignon permettrait d’affaiblir les liens chimiques du polymère.

Voici le spécimen! Source : http://mymondo.org/tag/fungus/

Voici le spécimen!
Source : http://mymondo.org/tag/fungus/

 

Nous n’avons pas fini de faire l’éloge de ces végétaux hybrides :

– pleins de nutriments,

– riches en fibres,

– utilisés dans la médecine chinoise pour traiter pour certains les insomnies, calmer les nerfs et pour d’autres de réduire le cholestérol et l’asthme…

Tout comme Jack Herer, ‘l’empereur du chanvre’ qui énonçait  que le chanvre permettrait de « fournir la totalité des papiers et textiles de la planète, de répondre à tous nos besoins en matière de transports, d’industrie et d’énergie (…) tout en réduisant la pollution », faudrait-il accorder plus d’importance aux champignons?

C’est une avancée certaine pour la recherche ayant pour but la dégradation et la composition des plastiques et de certains polymères.

FacebookTwitterGoogle+WordPress

Point construction!

Oyé, oyé chers lecteurs ! Comme nous voulons être transparents avec vous, nous souhaitons vous faire part de l’avancée de la construction  du Masked Hallebeud. Après vous avoir fait part des plans du plancher, nous avons une grande nouvelle : l’agencement de celui-ci a changé ! Nous allons vous l’exposer mais il faut aussi vous faire une mise au point de là où nous en sommes.

Nous avons découpé les planches en bois de la longueur des boudins!

Nous avons découpé les planches en bois de la longueur des boudins!

 

 

Pour le moment, nous avons construit 22 boudins, c’est-à-dire deux étages du plancher. Si vous ne vous rappelez déjà plus de ce qu’est un boudin, voici un petit rappel. Comme vous allez le comprendre en continuant votre lecture, nous avons collecté 18 planches en bois que nous avons découpé dans leur longueur à 98cm chacune. Ce qui correspond à la largeur d’une couche de boudin.

 

 

 

De prime abord, nous voulions réaliser 3 niveaux de boudin’s, comme vous avez pu le voir, que nous pensions

Et zbim, petit coup de scie!

Et zbim, petit coup de scie!

serrer entre eux avec des lacets/arceaux de plastique. Par la suite, nous avions pensé à les fixer avec du mastic et du fil pour le solidifier.

Comme nous avons pu vous le préciser, nos plans n’étaient pas définitifs car nous n’avions pas d’idées très précises des matériaux. Les plans sont donc créés au fur et à mesure de notre organisation et de nos idées. Nous avons totalement métamorphosé la structure du plancher en la déstructurant. En effet, les 3 couches de boudins nous ont paru trop peu fiables pour naviguer seulement sur elles. Nous avons décidé de rajouter des planches en bois apposées perpendiculairement aux boudins afin de naviguer sur un plancher plus solide.

A partir de ce moment précis de la mise en place du plancher, nous allons superposer une flopée de bouteilles type Cristalline de 2L et Oasis 2L aux planches de bois. Nous avons décidé de ne pas les emboîter comme les boudins que nous avons construits précédemment car nous n’en voyons pas l’intérêt pour cette partie. De plus, nous voulons garder les bouteilles entières, c’est-à-dire non coupées. Les bouteilles seront donc disposées sur les planches en bois et maintenues avec mastic et fils. Enfin, nous couvrirons ces bidons par des planches. Par-dessus nous allons déposer tout en douceur les 11 boudins restants.

Il va nous falloir quelques jours pour monter à bien ce plancher remasterisé en imbriquant matériaux, bouteilles et planches.

 

Un concours de circonstances nous a permis d’avoir cette idée plus précise et concrète du plancher. En effet, notre amie Virginie nous avait fourni une palissade en bois que nous avons détruit pour récupérer les 18 planches. Merci le Hibou!!

Des matériaux en plus utilisés pour le plancher!

Des matériaux en plus utilisés pour le plancher!

 

Nous sommes en train de réfléchir à sa forme finale, à savoir une coque que nous vous montrerons dans un prochain article mais qui pourrait bien se rapprocher du Ranger. Cette coque nous assurera une flottaison bien meilleure que prévue.

Au fil des idées, voilà la première couche du 'hamburger' qui va permettre de construire le plancher!

Au fil des idées, voilà la première couche du ‘hamburger’ qui va permettre de construire le plancher!

FacebookTwitterGoogle+WordPress

Bateau en bouteilles plastique – Tour du monde

Comme nous l’avions déjà fait dans un article précédent, voici un deuxième tour d’horizon de bateaux en bouteilles plastique trouvés sur internet.

Australie

bateau en bouteilles plastique_australia

Tom Simmat et son kayak en bouteilles plastique

Voici un bateau en bouteilles plastique créé à l’initiative de Manly Sea Life Sanctuary, grâce à l’aide de locaux et des membres de cette association. En récoltant 2000 bouteilles en plastique, la plupart dans la baie de Sydney, ils ont permis à Tom Simmat, un champion de kayak de parcourir 11 kilomètre, entre le Sydney Harbour Bridge et Manly. C’est Tom lui-même qui a construit ce bateau en utilisant environ 1000 bouteilles. Le but de ce bateau en bouteilles plastique est de mettre en lumière les bouteilles jetées dans l’environnement et d’augmenter le niveau de conscience général sur les problèmes environnementaux.

sitehttp://www.manlysealifesanctuary.com.au/news/plastic,-plastic,-plastic/

Etats-Unis

bateau en bouteilles plastique_padrino

 

El Padrino est un bateau en bouteilles plastique fait avec des bouteilles plastique de 2L de Pepsi arrimées à un cadre en PVC. Cette initiative a été créée afin d’attirer l’attention sur les problèmes environnementaux de la côte nord-ouest des Etats-Unis.

D’autres histoires via ce lien!

http://tlltworld.blogspot.fr/2010/07/beautiful-bottle-boats-and-flotsam.html

 

 

 

Angleterre/ Japan

bateau en bouteilles plastique_japan

Roxy Borocca et Dusty Witman sur leur petit trimaran de plastique

 

Une londonienne,Roxy Borocca, assistante d’anglais dans un lycée japonais a navigué sur le lac Biwa à bord d’un bateau en bouteilles plastique (ou plutôt d’un trimaran!). Cela afin d’obtenir des fonds pour les orphelins dû au tremblements de terre et au tsunami dans la région de Tohoku. Avec l’aide d’un américain, Dusty Witman, ils ont imaginé les plans et ont construit ce bateau en bouteilles plastique à l’aide de 815 bouteilles de 500mL. Il fait 2,2m de long pour 2m de large.

http://bccjacumen.com/media/2011/08/pet-bottle-boat-to-aid-orphans/

 

Espagne

bateau bouteilles plastique_stuart westwood

Voici maintenant l’histoire de Stuart Westwood, jeune anglais vivant à Lanzarote, sur les îles Canaries.

Inspiré par l’histoire du Plastiki, il a décidé de construire lui-même son bateau en bouteilles plastique à l’aide de 3000 bouteilles et de 2000 canettes.

Il a construit ce bateau par besoin d’aventure mais pas n’importe laquelle, une aventure avec un but précis, un objectif; celui de montrer son indépendance face aux bouteilles plastique ainsi que la possibilité de donner une seconde vie à des objets trop vite inutilisés.

bateau bouteilles plastique2_stuart westwood

Les boudins reliés grâce à de la corde attendent la suite!

 

Il déplore certains cotés néfastes du plastique comme notre dépendance face au pétrole, le fait de retrouver le plastique dans la nature et notamment les océans, son utilisation parfois quasi-inexistante (servant de packaging puis jeter au bout de quelques minutes…).

Regardez toutes les photos de son album ici:

http://www.stuartwestwood.com/project-bottle-boat.html#/earthships-and-environmentally-s/

 

 

 

Voici deux autres photos de bateaux en bouteilles plastique.

bateau bouteilles plastique_nowhere

bateau bouteilles plastique_Costa Rica

 

 

 

 

 

 

Nous ne pouvons que féliciter ce genre d’initiatives. Qu’elles aient comme but d’alerter l’opinion sur les problèmes environnementaux, de donner une seconde vie aux déchets (certains meurent si tôt), de développer des moyens/solutions moins coûteuses/moins impactantes  ou simplement pour s’amuser autour d’un projet créatif.

 

FacebookTwitterGoogle+WordPress

Comment gonfler une bouteille plastique

Comment gonfler une bouteille plastique?

Toutes les techniques sont possibles pour gonfler certains objets! Place à l'imagination

Toutes les techniques sont possibles pour gonfler certains objets! Place à l’imagination

Voilà une question qui pourrait nous être utile dans la construction de notre bateau en bouteilles plastique. En effet, avoir des bouteilles plastique gonflées à bloc nous apporterait une plus grande flottabilité.

Pourtant, selon les plans que nous avons créés, nous n’aurons pas besoin d’un tel procédé.

Cependant, il nous a semblé intéressant de partager avec vous les quelques moyens de gonfler une bouteille plastique. Peut-être ces procédés pourront vous être utiles dans la construction de votre propre bateau en bouteilles plastique.

Voici les deux techniques trouvées :

  •  La première est proposée, via le tutoriel de Plastiketic, jeune entreprise réalisant du mobilier en bouteilles plastique recyclées. On vous invite à découvrir leurs créations 

Elle consiste à insérer de l’air à l’aide d’un gonfleur (et un aiguille) dans une bouteille plastique préalablement fermée avec un bouchon de vin.

Cliquez ici pour voir le tuto

 

  • La deuxième technique pour gonfler une bouteille plastique a été vue dans une vidéo explicative sur la construction du Plastiki, ce catamaran fait en partie de bouteilles plastique et en matière recyclable.

Le chef de projet a donc opté, pour gonfler au maximum les bouteilles plastique et augmenter leur flottabilité d’utiliser…. de la neige carbonique.

Effectivement, on voit les constructeurs remplir les bouteilles avec des petits carrés blancs. Il s’agit en fait de carboglace, soit du CO2 solide.

Cliquez ici pour voir la vidéo

Aujourd’hui, nous ne pensons pas gonfler les bouteilles plastique avec ces techniques.

Nous sommes encore en phase d’expérimentation concernant les boudins (encastrage de bouteilles les unes sur les autres dans le sens de la hauteur, pour former un boudin) que nous allons créer. Si nous ne fermons pas les boudins avec les bouchons, nous pourrions ainsi les gonfler soit par la première technique, soit par la deuxième.

Il nous faut essayer cette solution et comparer avec un boudin construit avec des bouteilles fermées pour voir la différence.

Nous allons vous présenter bientôt comment ont été crées ces boudins et leurs principales différences.

 

FacebookTwitterGoogle+WordPress

Halte aux macro-déchets!

Une plage couverte de macro-déchets

Une plage jonchée de macro-déchets

Aujourd’hui, un point sur les macro-déchets car il n’est pas forcément facile de comprendre quels sont les enjeux environnementaux et quotidiens liés à ce qu’on est susceptible de retrouver le plus souvent sur nos littoraux.

– Quelle est la définition d’un déchet?

Il faut bien se rappeler qu’un déchet est une invention humaine. Il s’agit d’un objet dont le détenteur finit par lui attribuer une valeur nulle ou négative en décidant de ne plus exercer son droit de propriété.

– Qu’est-ce qu’un macro-déchet?

Il s’agit principalement d’un déchet humain, essentiellement en matière plastique, qui est abandonné dans la nature et que l’on retrouve souvent dans la mer en surface (rappel : la plastisphère) ou immergés.

– D’où proviennent-ils?

La plupart des macro-déchets sont issus du rejet ou de l’abandon par les usagers, souvent les citoyens, ainsi que des activités agricoles, industrielles et marines… De plus, les transports de déchets qui ne sont pas appropriés ou les décharges sauvages sont des facteurs de dépôts importants. Quel que soit leur lieu d’émission (aquatique, urbain…) ils sont transportés par le cycle de l’eau et finissent par se retrouver dans ce que l’on appelle des zones d’accumulation localisées telles que les embouchures de rivières, sur les littoraux, en mer… Un exemple frappant est celui des mégots de cigarettes, cette situation nous fait repenser certains gestes quotidiens tels qu’un simple jeter de mégots dans la rue ou dans le caniveau.

– Pourquoi parler d’une augmentation de ces déchets?

Plusieurs facteurs plus ou moins macro-sociaux sont impliqués : le taux de travail des femmes, les emballages de produits alimentaires qui répondent à une demande sociale, la multiplication des barquettes individuelles car moins de repas en commun, la place liée à l’héritage urbain… Les transformations sociales, économiques et politiques ont un impact assez souvent direct sur la consommation et la production des déchets. Ces variables sont la plupart du temps en corrélation totale. Consommation des vêtements, des portables, appareils électroniques… a changé. Dans les produits ménagers, plus de chiffons mais des lingettes individuelles. Vêtements liés car plus de recyclage de ceux-ci en chiffons…

– Quelles sont les principales techniques de retraitement et de recyclage?

Les décharges sont la technique la plus ancienne, en effet, les archéologues étudiaient les sociétés d’après les poubelles, les déchets… Les principales nuisances sont la pollution des sols (lessiva), les odeurs, les transports de camions qui emmènent les déchets dans les décharges, les nuisances visuelles… Sans oublier le choix à faire entre les rongeurs et les oiseaux.

Au XIX en Angleterre naît l’incinération, c’est-à-dire la fabrique de cuves pour avoir des résidus finaux tels que le machefer. En Grande-Bretagne cependant, cette méthode n’est plus utilisée car  les rejets ne sont pas seulement des vapeurs d’eau mais de la dioxine, du carbone ou encore des métaux lourds. Depuis 90’s, la France interdit les décharges sauf pour les déchets ultimes mais accepte l’utilisation d’incinérateurs.

Le tri implique le recyclage. C’est une technique contraignante car de la place est demandée. Le citoyen en est le principal acteur. Cela engendre des flux très importants, de la pollution et des coûts liés au recyclage. Sans rappeler que plus le déchet est sophistiqué et plus il parcourt de km (ex : l’Australie qui envoie ses déchets nucléaires à la Hague…)

– Quelles solutions apporter quotidiennement pour combattre ce ‘fléau’?

Eviter les emballages au maximum, faire attention au recyclage et aux poubelles différentes (pas d’excuses! Juste un peu de temps…). Dans un prochain article, nous allons vous montrer comment nous recyclons certaines parties des bouteilles plastique en multiples objets.

Un peu d’imagination et c’est parti! Si vous avez des exemples d’objets recyclés, n’hésitez pas!

[btn text= »yes! » tcolor=#FFF link= » »]

 

FacebookTwitterGoogle+WordPress